Anna et Marcus dans leur ferme à Brandebourg.
Anna et Marcus dans leur ferme à Brandebourg.
Anna et Marcus dans leur ferme à Brandebourg.
Anna et Marcus dans leur ferme à Brandebourg.

Visions of now:
Viertel \ Vor Mag

Visions of now:
Viertel \ Vor Mag

Entre l’air de la campagne et l’amour de la grande ville.

«Ici, le calme nous détend vraiment totalement, c’est pour cette raison que nous aimons tant être ici.» Nous avons rendu visite à Anna et Marcus à la campagne pour parler avec eux de leur vie, de leurs idées sur la durabilité et de leur relation avec la mobilité. Ils possèdent une ferme à Brandebourg. Avec cinq moutons et un chat, qui s’appelle Katze. Ils sont venus s’installer ici pour voir pousser les fruits et les légumes. Ici, on peut presque écouter comme ils poussent, tellement c’est calme, comparé à Berlin, éloigné de tout juste 100 km, et à leur appartement secondaire dans le quartier de Neukölln.

Car, en fait, Anna et Marcus aiment la Big City Life et sont habitués aux bars bruyants, aux restaurants multiculturels et à une multitude de personnes. C’est aussi ce que trahissent leurs baskets blanches qui n’ont rien à voir avec une ferme écologique. «Nous voulions nous éloigner de cette surabondance d’impressions et de choses», explique Anna. Moins de maisons, moins de personnes, moins de choses. Dans l’appartement de Neukölln, le minimalisme est représenté par un immense mur blanc. «Presque une salle de musée – on a l’impression d’être libre», affirme Marcus. Pourtant, à ce moment, il regarde par la fenêtre son jardin d’un hectare auquel se rattachent plus de champs. La liberté à l’état pur! Plus de nature, plus de famille, plus de décroissance. «Ici, on se trouve proche des changements et des processus, que ce soit les saisons ou les animaux qui passent du pelage d’été au pelage d’hiver ... On voit vraiment la véritable durée des choses.»

Cette appréciation soutient leur credo «moins c’est plus» qui impacte non seulement la vie d’Anna et de Marcus mais joue également un grand rôle dans leur magazine en ligne. Dans «Viertel \ Vor Mag», tous les domaines de la durabilité sont traités. Et non, on n’y échange pas des instructions pas à pas au crochet. Plutôt la consommation du jetable et la Fast Fashion sont rudement traités et des labels et initiatives innovants sont présentés. Anna et Marcus sont conscients que la durabilité dans notre société ne se fera pas du jour au lendemain.

Design, qualité et durabilité.

«Les gens n’achètent plus des choses pour les garder. Les gens achètent des choses tout simplement pour les trouver bien pendant un moment et c’est tout. Et ça, ce n’est pas bon», explique Anna en trempant les lèvres dans son café. Au lieu d’amonceler des ordures sur la planète, ils préfèrent les produits durables qui ont aussi un bel aspect. «En général, on achète des choses parce qu’elles sont belles – c’est pourquoi le design est si important.», nous dit Marcus. Lorsqu’un produit a un design intéressant, alors il plaît et dure plus longtemps. Et, en plus, si ce produit a aussi une bonne qualité, alors, de lui-même, c’est déjà un produit durable, pense Marcus. Bien qu’ils apprécient leur vie idyllique à la campagne, la proximité de leurs amis leur manque. Et pour pouvoir emporter le meilleur des deux mondes, ils font souvent la navette. Pour eux, la liberté, c’est pouvoir se déplacer librement.

Aujourd’hui Berlin, demain, Brandebourg.

Ils sont naturellement conscients de leur empreinte écologique et recherchent toujours de nouvelles possibilités pour la réduire. «La première chose qu’une voiture doit avoir pour nous, c’est d’émettre le moins de CO2 que possible» explique Marcus. Donc, une voiture électrique. De préférence, avec une grande autonomie. Pendant notre interview, il est assis, souriant, et nous parle de sa vision de l’avenir. L’une d’elles, c’est que les moteurs à combustion font un bruit intolérable et que la voiture électrique est silencieuse et élégante. Qu’elle roule sur les pavés du quartier de Neukölln ou qu’elle se gare à côté des moutons. De plus, ce que Marcus souhaite, c’est que l’e-mobilité ne soit pas réservée aux gros salaires: «Si l’on veut repenser la société, alors la voiture doit aussi être abordable.» Anna revient dans la pièce et hoche la tête violemment quand il s’agit de véhicules à faibles émissions pour tout le monde.  Car les deux pensent que la durabilité ne doit pas être un luxe.

La ID. (étude proche de la série) longe un chemin de campagne.
La ID. vue de face (étude proche de la série).
La ID. vue de l’arrière (étude proche de la série).
Et surtout, je pense que si l’on veut repenser la société, alors la voiture doit aussi être abordable. Car je suis généralement d’avis, ou plutôt, nous sommes d’avis que la durabilité ne doit pas être un luxe.
Marcus Werner

VIERTEL \ VOR MAG

Anna et Marcus sont tous les deux issus du secteur de la communication, elle journaliste et, lui, photographe/réalisateur de vidéos et, en 2016, ils se sont décidés de se mettre à leur compte. Ce qui a donné le magazine Viertel \ Vor Mag, un magazine en ligne dans lequel ils présentent des innovations, des personnes et des produits qui incarnent, pour eux, l’idée de «ce qui est vraiment important». Le nom Viertel \ Vor Mag vient des 15 minutes symboliques qu’il reste à l’humanité pour engager une nouvelle façon de penser sur la manière d’agir pour notre planète.

Portrait de Marcus et Anna.
Face avant de la ID.3 1ST
Face avant de la ID.3 1ST
Face avant de la ID.3 1ST

Réservez votre édition spéciale exclusive ID.3 1ST.

Réservez une édition spéciale limitée aux éléments de design exclusifs et un équipement de pointe
Soyez parmi les premiers à découvrir et conduire la nouvelle ID.3 1ST
Recevez à l’avance des informations concernant l’électromobilité et la nouvelle ID.3 1ST

Your browser is outdated!

Please get a decent browser here or there