Un grand champ de panneaux solaires.
Durabilité

Volkswagen sur la voie du zéro émission – Électricité solaire pour les voitures électriques

Durabilité

Volkswagen sur la voie du zéro émission – Électricité solaire pour les voitures électriques

02/08/2022

Le groupe Volkswagen veut atteindre la carboneutralité d’ici à 2050 au plus tard. C’est dans cette perspective qu’il a mis en place le programme «Way to Zero» et qu’il soutient divers projets de développement durable en Europe, tel qu’un parc solaire dont la superficie équivaut à 350 terrains de football dans le nord de l’Allemagne. 

Texte Reto Neyerlin Photos Volkswagen AG

Idylle campagnarde dans le Mecklenbourg. Un projet emblématique de la transition énergétique, le parc solaire de Tramm-Göthen, sort de terre entre villages et champs. L’installation, dont la superficie équivaut à 350 terrains de football, est l’une des plus vastes d’Allemagne.

Le soleil y produit de l’électricité couvrant les besoins annuels de 50 000 ménages depuis le début de l’année 2022. Puissance installée totale: 172 mégawatts. Volkswagen soutient le projet en tant que gros acheteur fiable qui prélève un volume d’énergie solaire fixé contractuellement.

Thomas Heinz pose devant la voiture de l'entreprise.
«En fin de compte, un parc solaire est nettement plus bénéfique pour la nature qu’un champ de maïs», affirme le chef de projet Thomas Heinz.
Le chef de projet Thomas Heinz installe des panneaux solaires.
Les derniers des 420 000 modules photovoltaïques seront posés prochainement – l’installation livrera alors tout le courant nécessaire à la consommation annuelle de quelque 50 000 foyers.

420 000 modules solaires installés

Thomas Heinz, chef de projet chez Belectric, une entreprise spécialiste du solaire présente à l’international, construit des parcs solaires depuis plus de dix ans. Il fait donc profiter le projet de son expérience. Celle-ci lui a été bien utile, car l’ampleur du parc et la pandémie ont fait de Tramm-Göthen une tâche exigeante. «Le coronavirus n’a eu de cesse d’entraver la livraison des matériaux. Nous avons dû faire venir une livraison de modules solaires en train depuis la Mongolie, car les ports étaient fermés», déclare le chef de projet.

Malgré l’adversité, près de 100 000 poteaux avaient été plantés dans le sol et 420 000 modules solaires installés au terme d’à peine une année de travaux. «Les câbles que nous avons posés pourraient enserrer plusieurs fois le tour de la terre», affirme M. Heinz. Les câbles relient les sections du parc solaire entre elles et à la sous-station d’où l’électricité est injectée dans le réseau public.

Le parc solaire est si vaste qu’il comprend en fait 14 parcs plus petits. «Ces sections sont entourées d’une clôture pour éviter les accidents. Nous avons aménagé des chemins pour les promeneurs entre elles», raconte M. Heinz.

Le chef de projet Heinz montre un câble électrique.
De puissantes lignes pour de gros volumes d’électricité. «Les câbles que nous avons posés pourraient réaliser plusieurs fois le tour de la terre», affirme le chef de projet Heinz.

Préserver la biodiversité dans le parc solaire

Les partenaires du projet tiennent tout particulièrement à protéger les autochtones dans le parc solaire. Cette catégorie regroupe aussi bien les riverains que la flore et la faune. Le parc solaire ne doit pas nuire à la biodiversité. Il est même censé la renforcer par rapport à une utilisation agricole.

Le terrain abrite des prairies de fleurs sauvages et des plans d’eau destinés à des grenouilles, mais également d’épaisses haies et des plantes qui sont propices au développement des insectes et des oiseaux. Des espèces menacées telles que le lièvre trouvent refuge sous les panneaux solaires dans des zones protégées. «En fin de compte, le parc solaire est bien plus bénéfique pour la nature qu’un champ de maïs», déclare M. Heinz.

De nombreux panneaux solaires ont été installés dans un champ.
Écoresponsables à double égard: Les installations solaires ne se limitent pas à fournir de l’électricité propre, elles offrent aussi une protection aux animaux menacés.
Lorenz Hahn sourit à la caméra.
«Nous construisons nos parcs solaires sans demander de subventions. L’époque à laquelle ce genre de programmes n’était économiquement viable que dans le sud de l’Europe est révolue», explique Lorenz Hahn de Luxcara.

Mais pourquoi avoir choisi une implantation dans le nord de l’Allemagne? «Nous construisons nos parcs solaires sans demander de subventions. L’époque à laquelle ce genre de programmes n’était économiquement viable que dans le sud de l’Europe est révolue», indique Lorenz Hahn de Luxcara, une société de gestion d’actifs spécialiste des énergies renouvelables qui a réalisé l’installation géante. L’amélioration de l’efficacité et la baisse du prix des modules solaires sont telles qu’il est désormais possible de garantir la rentabilité de l’exploitation de projets photovoltaïques en Europe centrale et en Europe du Nord. La dimension du projet constitue un autre atout de Tramm-Göthen. «Il est plus facile de concevoir et de construire un grand parc de manière rentable que plusieurs petits parcs», explique M. Hahn.

--:--

Volkswagen soutient le développement du courant écologique

Bien que l’électricité provenant de Mecklenbourg ne finisse pas directement dans les voitures électriques de Volkswagen, elle favorise l’émergence d’une large palette de courant vert sur le réseau permettant d’améliorer davantage le bilan climatique des véhicules électriques. Volkswagen est le premier constructeur automobile qui soutient le développement des énergies renouvelables à l’échelle industrielle. D’ici à 2025, l’entreprise fait avancer le développement de parcs éoliens et solaires en Europe grâce à un investissement de près de 40 millions d’euros.

Au total, les installations devraient produire environ 7 térawattheures d’électricité écologique supplémentaire. En plus de la fabrication de ses modèles ID. dont le bilan carbone est neutre, Volkswagen fait un pas de plus en direction de la carboneutralité de l’électromobilité, et ce, tout au long du cycle de vie de ses voitures électriques.

100 pour cent vert

D’ici 2050 au plus tard, le groupe Volkswagen veut atteindre un bilan carbone neutre. C’est dans cette perspective qu’il a mis en place le programme «Way to Zero» et qu’il investit dans divers projets de durabilité en Europe. En voici un aperçu.

  • L’énergie éolienne de Suède

    Il s’agit à ce jour du plus grand projet d’électricité verte dans le portefeuille: Volkswagen participe à un parc éolien à Skellefteå, dans le nord de la Suède. La part de Volkswagen dans le parc éolien produit environ 100 GWh d’électricité pour l’équivalent de 27 000 foyers. Volkswagen assume ainsi sa responsabilité de leader du marché des véhicules électriques en Suède. Toujours à Skellefteå, la première giga-usine Volkswagen dédiée à la production de cellules de batterie est en cours de construction en coopération avec Northvolt.

  • Des matières premières issues de son propre recyclage

    Sur le site de Salzgitter, Volkswagen Group Components exploite la première installation de recyclage de batteries haute tension du groupe. Les packs de batteries usagées des voitures électriques y sont démontés, leurs composants individuels sont broyés, séchés et tamisés. Ensuite, les matières premières de valeur (cobalt, nickel, manganèse et lithium) sont mises à disposition pour la production de batteries neuves. Actuellement, l’installation est en phase pilote, l’objectif étant d’atteindre un taux de recyclage de plus de 90%.

  • La matière première des batteries issue du fossé rhénan

    Le lithium est l’un des principaux composants des batteries actuelles des voitures électriques et à ce jour, il provient majoritairement d’outre-mer. Bientôt, Volkswagen se procurera cette précieuse matière première de manière climatiquement neutre et régionale: auprès de la start-up Cleantech Vulcan, qui souhaite extraire le lithium du fossé rhénan supérieur dans le sud-ouest de l’Allemagne. Grâce à un nouveau procédé utilisant la géothermie, l’extraction ne produit aucune émission de gaz à effet de serre. La livraison commerciale débutera en 2026, le groupe Volkswagen couvrira ainsi les besoins de sa future production de cellules en Europe.

  • L’électricité solaire du nord de l’Allemagne

    Dans le Mecklembourg-Poméranie occidentale, le parc solaire de Tramm-Göthen a démarré son activité début 2022. Avec une surface de près de 350 terrains de football, 420 000 modules solaires et une puissance totale de 172 mégawatts, cette centrale est l’une des plus grandes d’Allemagne. Elle fournit autant d’électricité que la consommation annuelle de 50 000 foyers. Volkswagen soutient le projet en tant qu’acheteur en gros de confiance, pour que davantage d’électricité propre soit disponible notamment pour les voitures électriques.

  • Production neutre en CO2

    Les modèles ID. entièrement électriques sortent des chaînes de production des usines allemandes de Zwickau, et désormais aussi d’Emden, avec un bilan neutre en CO2. Pour ce faire, à Zwickau, l’alimentation électrique externe a été remplacée à 100% par de l’électricité verte issue de la force hydraulique et de l’énergie solaire. Quant aux émissions restantes provenant de la propre centrale de cogénération d’électricité et de chaleur à haut rendement, Volkswagen les compense avec des projets climatiques certifiés.

Ceci peut également vous intéresser:

Projet pilote pour la mobilité climatiquement neutre –Astypalée devient une île électrique

La course de Klausen en ID.4 GTX – une électrique avec des gènes sportifs

L’ID.3 comme véhicule de flotte

Quelle est mon autonomie?

Franziska Killiches, experte en approvisionnement de matières premières durables chez Volkswagen:
«J’essaie d’éclairer votre lanterne»

Une seconde vie pour les batteries usagées

Ceci peut également vous intéresser: