Bearcubs avec la ID. (étude proche de la série).
Bearcubs avec la ID. (étude proche de la série).
Bearcubs avec la ID. (étude proche de la série).
Bearcubs avec la ID. (étude proche de la série).

Visions of now:
Bearcubs

Visions of now:
Bearcubs

Des sons naturels et des beats numériques.

Jack aka. Bearcubs vient juste de déménager de Londres à Berlin. D’une capitale mondiale à une autre. «J’avais besoin de changer de scène. Une nouvelle inspiration, de nouvelles têtes, de nouvelles expériences», dit-il. Jack s’est déjà rendu à Berlin de nombreuses fois et a toujours été guidé par l’humeur et l’énergie de la ville. Il vit ici depuis deux mois et joue déjà dans les clubs les plus branchés de la capitale. 

Jack trouve souvent l’inspiration de son style unique dans l’atmosphère des bonnes soirées, qu’il capture sous forme musicale la nuit. Pour le processus créatif, Jack absorbe son quotidien, et ça a toujours été ainsi. Il s’imprègne des impressions et des nouvelles rencontres et les saisit d’abord sur son smartphone tout en marchant. Parfois ce sont des textes déjà terminés, parfois le concept ou la structure d’une nouvelle chanson. «Une fois que j’ai rassemblé toutes ces petites idées, je vais au studio et j’en fais quelque chose – je leur donne vie», explique-t-il.

Bien qu’il utilise des appareils numériques pour créer de la musique, il est important pour Jack que cela sonne humain: «Je chante sur mes pistes parce que je pense que ça apporte un élément naturel directement». Ses sons préférés sont les sons électroniques qui ont été traités de telle manière qu’ils sonnent presque comme s’ils avaient été produits de manière organique. Dans l’autre sens, ça marche aussi: les gouttes de pluie servant de beat, par exemple. Inspiré par l’interface entre les sons analogiques et numériques, Jack a mené quelques expériences. «J’ai mis au point une harpe laser qui peut être connectée à un ordinateur et des synthés qui sont déclenchés par des rayons lumineux réfractés», dit-il. Jack nous montre son équipement et son échantillonneur. «Vous pouvez stocker n’importe quel type de morceau de musique ou de son – que vous l’ayez créé vous-même, enregistré ou téléchargé quelque part», dit-il.

Un orchestre par simple pression sur un bouton.

«Tout seul, avec mon équipement numérique, j’ai presque les mêmes possibilités qu’un orchestre entier!» Pour réussir comme Bearcubs, il n’aurait pas eu à apprendre des instruments comme la batterie, le piano et la guitare pendant des années. De plus, avec des logiciels de plus en plus intelligents, on n’a plus nécessairement besoin d’un studio coûteux pour produire de la musique professionnelle – le processus de création s’est démocratisé. 

Jack est fasciné par cette facilité et le fait que les idées peuvent toujours être mises en œuvre plus facilement et directement. Néanmoins, il aimerait raccourcir encore le processus de développement complètement à la main d’une chanson de la première pensée jusqu’au morceau fini.

Expérimenter avec le son.

«Ce serait génial de connecter ma tête à un ordinateur pour faire de la musique avec mes idées», dit-il. Cependant, ses rêves pour l’avenir ne s’arrêtent pas là. Il espère que la numérisation intelligente n’ouvrira pas seulement de nouvelles possibilités dans le domaine de la création musicale. Dans la vision de Jack, il se déplace silencieusement dans son environnement et peut se concentrer pleinement sur la transformation directe des impressions et des sons absorbés en musique au lieu de consacrer toute son attention à la conduite.

Bearcubs mixe une chanson avec les boutons de son échantillonneur.
Vue sur Bearcubs à travers les fenêtres de la ID. (étude proche de la série).
Portrait de Bearcubs.
J’ai mis au point une harpe laser qui peut être connectée à un ordinateur et des synthés qui sont déclenchés par des rayons lumineux réfractés.
Bearcubs

BEARCUBS

Jack Ritchie a 26 ans, est originaire de Londres et est chanteur/compositeur sous le nom de Bearcubs. En 2017 il sortit le single «Underwaterfall» qui l’a rendu très populaire et lui a permis d’attirer l’attention internationale. Au début de l’année 2018 vint son premier album «Ultraviolet» – ici aussi, il convainc par un son unique composé de voix multi-niveaux et d’une grande variété de synthés.

Portrait de Bearcubs.
Face avant de la ID.3 1ST
Face avant de la ID.3 1ST
Face avant de la ID.3 1ST

Réservez votre édition spéciale exclusive ID.3 1ST.

Réservez une édition spéciale limitée aux éléments de design exclusifs et un équipement de pointe
Soyez parmi les premiers à découvrir et conduire la nouvelle ID.3 1ST
Recevez à l’avance des informations concernant l’électromobilité et la nouvelle ID.3 1ST

Your browser is outdated!

Please get a decent browser here or there