12 idées reçues concernant la mobilité électrique  

Idée reçue no 1 «Personne ne peut se la payer!»

«Personne ne peut se la payer!»

Le point sur les coûts d’une voiture électrique: elle peut être aussi peu onéreuse qu’une diesel comparable.

Les voitures électriques attrayantes sont de plus en plus abordables. Par exemple, les coûts de la batterie ont baissé d’environ 80% ces dix dernières années. Avec l’ID.3, Volkswagen lancera à l’été 2020 une voiture électrique au même prix qu’une Golf TDI comparable. Sans oublier les incitations d’achat régionales qui sont désormais fréquentes ainsi que l’infrastructure de recharge nécessaire. Les coûts de fonctionnement d’une voiture électrique sont en outre plus faibles. L’électricité est en effet moins chère que l’essence ou le diesel, les taxes sont basses et les coûts des révisions et de l’entretien ne s’élèvent qu’à environ un tiers de ceux des véhicules à propulsion conventionnelle. En examinant le «Total Cost of Ownership», c’est-à-dire la totalité des coûts, la voiture électrique constitue un achat qui vaut le coup pour de plus en plus d’individus.

«Il y a trop peu de bornes de recharge.»

Possibilités de charge: le nombre de bornes de recharge augmente très rapidement.

Idée reçue no 2 «Il n’y a pas assez de stations de recharge.»

Le nombre de bornes de recharge augmente très rapidement. Il existe d’ores et déjà plus de 5000 bornes de recharge publiques en Suisse et de nouvelles sont implantées chaque jour. Les supermarchés, les hôtels et les exploitants de parkings mettent en place des bornes de recharge pour leurs clients et les entreprises font de même pour leurs employés. À l’avenir, grâce à la carte de recharge Volkswagen We Charge, les clients pourront se fournir en électricité dans près de 150’000 stations en Europe. Un véhicule électrique peut également être rechargé à n’importe quelle Wallbox installée par un professionnel à domicile. Point intéressant, environ 80% des recharges ont lieu à domicile ou au travail, si bien que recharger en déplacement est souvent inutile.

«Le temps de charge est trop long!»

Durée de charge: des stations de forte puissance réduisent dès à présent les temps de recharge.

Idée reçue no 3 «Recharger dure une éternité!»

En réalité, il n’est pas nécessaire de recharger rapidement une voiture électrique aussi fréquemment qu’on le croit. Environ 80% des recharges ont lieu à domicile ou au travail, si bien que la voiture démarre sur une batterie pleinement chargée. Et s’il faut parfois recharger rapidement lors de longs trajets, l’opération est également possible: grâce à sa capacité de recharge rapide, l’ID.3 peut être rechargée à une puissance maximale comprise entre 100 et 125 kW, ce qui permet d’ajouter au moins 260 km d’autonomie supplémentaire pendant une pause de 30 minutes sur l’autoroute. Et la procédure de recharge est un jeu d’enfant: l’application et le véhicule indiquent le chemin menant à la station de recharge libre la plus proche, mais aussi les variantes de fiches prises en charge sur place. Une chose est sûre: le développement progresse à pas de géants et facilite jour après jour l’utilisation des voitures électriques.

«La voiture électrique ne peut parcourir que de courtes distances.»

Autonomie: la voiture électrique permet aussi de parcourir de longues distances.

Idée reçue no 4 «Je n’arriverai jamais en Italie en voiture électrique.»

Le problème de l’autonomie est résolu depuis belle lurette: des autonomies allant jusqu’à 550 km sont possibles avec des voitures électriques récentes. L’infrastructure de recharge ne cesse de s’améliorer, surtout sur les autoroutes et les routes nationales. Il existe déjà plus de 700 points de recharge rapide (>22 kW) publics auxquels la voiture électrique peut être rechargée en quelques minutes en Suisse. IONITY, une coentreprise des constructeurs automobiles allemands, installe à elle seule actuellement une station de recharge de forte puissance tous les 120 km le long des autoroutes d’Europe. Environ 100 stations de recharge rapide GOFAST s’y ajoutent en Suisse. Il va de soi que le réseau de recharge continuera de se développer ces prochaines années.

«Les voitures électriques sont beaucoup trop dangereuses!»

Sécurité: les voitures électriques offrent autant de sécurité que les voitures ordinaires.

Idée reçue no 5 «Le courant? Bien trop dangereux!»

Les voitures électriques assurent un niveau de sécurité élevé, comme tous les véhicules qui sont homologués en Suisse et en Europe. Des systèmes de sécurité spéciaux permettent de prévenir le risque d’incendie et le risque de choc électrique. En cas d’accident, le flux d’électricité de la batterie est immédiatement coupé par exemple. Chez Volkswagen, la batterie est installée dans un grand bloc résistant aux collisions dans le soubassement, si bien qu’elle est protégée d’éventuelles déformations. Des essais menés par l’organisme allemand ADAC ont montré à plusieurs reprises que le risque d’incendie sur les voitures électriques est aussi faible que sur des voitures équipées de moteurs thermiques. La procédure de recharge est à tout moment sans risque et peut aussi avoir lieu sans aucune difficulté sous la pluie.

«Les voitures électriques ne sont pas avantageuses pour le climat.»

CO2: parmi tous les types de propulsion, les voitures électriques sont celles qui présentent le meilleur écobilan.

Idée reçue no 6 «Elles ne protègent pas notre climat.»

Les voitures électriques jouent un rôle important dans la protection du climat. En comparaison avec les voitures essence ou diesel, elles émettent beaucoup moins de CO2. Cela se vérifie également si on prend en compte la production. Concrètement, une Golf TDI émet en moyenne 140 g de CO2/km sur son cycle de vie complet et l’e-Golf en génère 119 g avec le mix d’électricité européen. Par rapport à des véhicules fonctionnant à l’hydrogène ou à l’eFuel (carburant de synthèse), la voiture fonctionnant sur batterie fait état de bien meilleures performances. Ces prochaines années, cet avantage écologique prendra encore plus d’importance, car de plus en plus de courant vert sera injecté dans le réseau dans tous les grands pays. Les voitures électriques seront ainsi de plus en plus souvent rechargées automatiquement par de l’énergie régénérative. Le mix d’électricité suisse est d’ores et déjà particulièrement avantageux pour une voiture électrique: grâce à la forte part d’hydraulique, le bilan d’une voiture électrique est plus favorable à l’environnement qu’une voiture munie d’un moteur thermique après à peine 10’000 km. Volkswagen fait toutefois un pas de plus. L’entreprise produit en effet pour la première fois une voiture à écobilan totalement neutre en CO2: l’ID.3. L’ID.3 est ainsi un précurseur de la mobilité durable.

«Trop de voitures électriques surchargent le réseau!»

Courant: un approvisionnement en énergie sûr est également garanti avec des voitures électriques.

Idée reçue no 7 «Notre réseau électrique ne le supportera pas.»

Le réseau électrique suisse supportera-t-il un essor des voitures électriques? La réponse est: Oui. L’augmentation des besoins en électricité pour l’électrification de l’ensemble du parc automobile suisse (environ 4 millions de véhicules) sur une période de 10 à 20 ans est nettement inférieure à la croissance annuelle actuelle de notre appétit énergétique. Même si nos voitures neuves vendues étaient essentiellement électriques, la transition ne se ferait pas soudainement du fait du parc automobile actuel. Les véhicules électriques peuvent même être une solution pour répondre au futur défi de la répartition de l’énergie, car ils peuvent également transmettre de l’énergie si nécessaire (de tels systèmes V2G sont déjà en service). Par ailleurs, la Norvège, le pays des voitures électriques, montre d’ores et déjà tous les jours qu’il ne faut pas s’inquiéter pour l’approvisionnement en électricité.

«Cela coûte des emplois!»

Emplois: l’offensive électrique de Volkswagen garantit l’emploi.

Idée reçue no 8 «Cela coûte des emplois!»

La charge de production d’une voiture électrique est environ 30% plus faible que celle d’une voiture à moteur thermique. À long terme, il pourrait y avoir moins d’emplois dans l’industrie automobile.

 Il est donc d’autant plus important de bien s’établir sur le marché de la mobilité électrique dès le début. En effet, plus une entreprise commercialise ses voitures électriques avec succès, plus ses emplois seront sécurisés. Volkswagen fait avancer activement la transformation et crée des perspectives à long terme pour des milliers de collaborateurs avec son offensive électrique. Presque tous les sites Volkswagen en Allemagne participent à la nouvelle famille ID. La seule usine de Zwickau emploie environ 8000 personnes pour produire les modèles ID. En plein milieu de la mutation structurelle de l’industrie automobile, la voiture électrique permet de garantir durablement l’emploi.

«Les voitures électriques sont un danger pour les piétons!»

Sécurité en ville: la voiture électrique génère des bruits artificiels.

Idée reçue no 9 «Un silence dangereux.»

Contrairement aux voitures conventionnelles, les voitures électriques n’ont pas de moteur thermique et sont donc silencieuses. Un niveau de bruit réduit est en principe un avantage. Et la voiture électrique n’est pas non plus dangereuse pour les piétons. L’ID.3 génère un son futuriste caractéristique jusqu’à une vitesse de 30 km/h environ. Les bruits de roulement des pneus suffisent au-delà de cette vitesse. Depuis l’été 2019, le son est même obligatoire sur toutes les voitures électriques. Des systèmes d’assistance et de sécurité complets permettent aux voitures électriques telles que l’ID.3 de profiter en principe d’excellents niveaux de sécurité.

«On n’y trouve aucun plaisir!»

La voiture électrique s’avère aussi rapide que confortable.

Idée reçue no 10 «Bien trop lente!»

Conduire une voiture électrique est un vrai plaisir. C’est surtout en accélération que le moteur électrique montre qu’il dispose de beaucoup de puissance. Lorsque le conducteur enfonce l’accélérateur, il est collé à son siège, presque comme dans un avion. Les moteurs électriques disposent en effet de la totalité de leur couple dès le démarrage. Sans compter la position hautement dynamique sur la route: comme les batteries installées dans le soubassement abaissent le centre de gravité et plaquent la voiture au sol, l’ID.3 se conduit nerveusement et en toute sportivité. L’ID. R témoigne de ce qui est techniquement possible: la voiture électrique supersport accélère de 0 à 100 km/h en 2,25 s et détient déjà plusieurs records du monde.

«Les voitures électriques ont l’air ennuyeuses!»

Design: les véhicules de la famille ID. sont de véritables accroche-regards.

Idée reçue no 11 «Oh, quel ennui.»

On peut le dire: jusqu’à présent, les voitures électriques ne brillaient pas par leur design. Seuls les experts sauront en effet distinguer l’e-Golf de la Golf normale. Cette situation est toutefois en train d’évoluer: la famille ID. de Volkswagen bénéficie d’un design moderne et presque futuriste caractérisé par des éléments lumineux sophistiqués et par des arêtes affinées. Il en va de même pour l’intérieur. Comme un moteur électrique prend beaucoup moins de place qu’un moteur thermique, les proportions peuvent être entièrement révisées, ce qui profite au design et à l’espace. À l’avenir, il y aura une voiture électrique pour tous les goûts et pour tous les besoins sur la base de la plateforme modulaire d’électrification (MEB): la famille ID. s’étend de la voiture compacte au Combi Lifestyle en passant par les SUV et les breaks.

«Les matières premières sont tout à fait insuffisantes!»

Batteries: il y a suffisamment de lithium, et le cobalt est de moins en moins utilisé.

Idée reçue no 12 «Il n’y aura bientôt plus de lithium.»

Il y a assez de matières premières. Les gisements de lithium connus permettent de produire des batteries pour des milliards de voitures électriques d’après l’état actuel de la technique. Par ailleurs, les batteries sont sans cesse perfectionnées. À titre d’exemple, la part de cobalt passera à moyen terme d’environ 12% à 6%. À long terme, elle devrait être nulle. Il n’y a donc aucun problème d’approvisionnement en matières premières. De plus, les batteries usagées sont réutilisées. En 2020, Volkswagen mettra en service une installation de recyclage pilote cherchant à atteindre un taux de recyclage de 97%. Les besoins en ressources rares seront donc de plus en plus réduits.

Your browser is outdated!

Please get a decent browser here or there