Acquisition de ressources pour l’électromobilité

Bien que l’électromobilité réunisse toutes les conditions d’un avenir efficace et durable, nous sommes confrontés à des difficultés qui s’étendent des matières premières au recyclage. Volkswagen prend ses responsabilités et travaille sur des solutions globales pour l’homme et l’environnement.

Illustration du lithium et du cobalt

L’électromobilité nécessite des matières premières

La mobilité a besoin d’énergie. L’électromobilité est une forme de transport particulièrement efficace. En fin de compte, avec la même quantité d’énergie, vous pourrez parcourir, en tant que conducteur d’un véhicule électrique, une distance trois à quatre fois plus longue qu’avec une voiture équipée d’un moteur à combustion. La nouvelle ID.3 puise l’électricité nécessaire à cet effet dans une batterie lithium-ion dont chaque cellule comprend deux électrodes, un séparateur et un électrolyte.

L’une des électrodes est en graphite et l’autre en lithium, en nickel, en manganèse et en cobalt. Sans ces matières premières, il est impossible de fabriquer des accumulateurs électrochimiques affichant des propriétés comparables. Du moins pas encore.

Les matières premières de la batterie de l’ID.3.

Quelles sont les principales matières premières d’une batterie lithium-ion? Où sont-elles produites sur terre? Et quelle quantité de chacune d’elles recèle votre ID.3? Vous trouverez ici toutes les réponses.

Cobalt: l’élément

Le nom provient du latin cobaltum qui signifie farfadet, parce que les gens croyaient à l’époque que ces minerais étaient contaminés par ce minéral autrefois inutilisable.

  • Symbole chimique           Co
  • Réserves*                          7’000’000 t
  • Apparence                         métallique de couleur bleue/grise
  • État                                    solide

* Réserves mondiales 2019 économiquement utilisables d’après l’état actuel de la technique; source: USGS

Mesures prises par Volkswagen

La fabrication de véhicules nécessite des matières premières dont la production représente une intervention dans des écosystèmes existants qui a un impact sur l’homme et la nature. Nous en sommes conscients. C’est pourquoi nous avons contractuellement contraint nos fournisseurs directs de respecter un Code of ConductOpens an external link visant à imposer de strictes normes environnementales et sociales. Ce code les invite en particulier à éviter toute violation des droits de l’homme dans leurs chaînes logistiques.

À l’heure actuelle, nous ne sommes toutefois pas encore en mesure de garantir totalement que nos exigences soient satisfaites par nos fournisseurs directs jusqu’aux mines, car l’examen global de la chaîne logistique est une opération très complexe. Volkswagen n’achète actuellement pas de matières premières de batteries. Nous nous contentons en effet d’acheter des batteries finies. Il existe donc jusqu’à huit niveaux de traitement et fournisseurs intermédiaires entre la batterie que nous utilisons et la mine, si bien que la chaîne logistique manque de transparence.

Transparence et risques liés au développement durable dans la chaîne logistique sur l’exemple de la production de batteries
Transparence et risques liés au développement durable dans la chaîne logistique sur l’exemple de la production de batteries

1. Extraction minière
2. Distributeur
3. Raffinerie
4. Cathode
5. Cellule de batterie
6. Transparence
7. Risque lié au développement durable
Logo Drive Sustainability

Sur la base d’une étude de l’initiative de développement durable «Drive Sustainability», dont Volkswagen est un membre fondateur, nous avons identifié 16 matières premières qui font état d’un risque accru de violation des exigences de développement durable. Le lithium et le cobalt en font partie. Nous cherchons à suivre la chaîne logistique amont de ces matières premières jusqu’à l’extraction minière, à identifier tous les fournisseurs et à couvrir les risques liés au développement durable. Nous prendrons ensuite des mesures visant à réduire ces risques et nous tirerons parti de la taille de notre groupe pour imposer de meilleures normes environnementales et sociales tout au long de la chaîne logistique.

Nous testons des technologies innovantes pour que nous soyons techniquement prêts pour ce processus à l’avenir. Dans le cadre d’un projet pilote mené avec IBM et avec d’autres partenaires dans le cadre du Responsible Sourcing Blockchain Network (RSBN), nous tentons de rendre transparents les itinéraires des minéraux tels que le cobalt à l’aide d’une blockchain de manière continue et pratiquement en temps réel. Les données saisies pour chaque étape de traitement, de la mine à l’usine Volkswagen, ne peuvent ensuite plus être modifiées ou effacées.

Concept d’une blockchain de chaîne logistique de matières premières, sûre, transparente et qui ne peut être modifiée.
Concept d’une blockchain de chaîne logistique de matières premières, sûre, transparente et qui ne peut être modifiée.

1 Mine
2 Fonderie
3 Sous-traitant
4 Transport
5 Fournisseur direct
6 Volkswagen

Acquisition de ressources et défis

Plus de la moitié du cobalt extrait des mines du monde provient de la République démocratique du Congo. La majeure partie du minerai est obtenue dans des mines industrielles à ciel ouvert. Mais des gens y cherchent également du cobalt de leur propre initiative. Ces travaux ont lieu dans des conditions environnementales, sociales et de sécurité que nous n’acceptons pas.

Pour mieux comprendre et examiner la situation sur place, nous élaborons une norme de développement durable pour l’extraction minière de matières premières dans le cadre d’un projet de certification de matières premières (CERA).

Nous sommes actifs au sein de la  pour faire changer les choses encore plus et surtout pour éradiquer le travail des enfants. Nous collaborons ici avec de nombreuses parties prenantes importantes de la chaîne de création de valeur ajoutée des batteries dans le but d’identifier et de prendre des mesures concrètes visant à améliorer la situation au Congo.

Le lithium est une autre matière première associée à un risque accru pour le développement durable. Les principales réserves de lithium se trouvent dans les lacs salés d’Amérique du Sud. Le lithium y est dissout dans les saumures qui sont pompées à la surface. L’eau est ensuite évaporée pour isoler le métal utilisé dans les batteries. Une surconsommation d’eau a toutefois un impact délétère sur les écosystèmes et sur l’utilisation des sols. 

Le lithium existe également sous forme de composés minéraux solides qui peuvent être extraits de mines ordinaires, par exemple en Australie, le pays dans lequel la majeure partie du lithium est extrait de la terre. 

Nous exigeons également le respect de strictes normes environnementales et sociales pour le lithium destiné à nos batteries. Avec tous les acteurs impliqués, nous tenons à réduire les impacts négatifs de l’extraction de lithium sur l’homme et la nature.  

Plus de recyclage, moins d’extraction minière de matières premières

À long terme, l’objectif ne peut consister qu’à réduire les quantités de matières premières critiques jusqu’à ce qu’elles soient totalement absentes de nos produits. C’est pourquoi nous nous penchons d’ores et déjà sur la recherche portant sur les technologies de batteries du futur et nous travaillons d’arrache-pied pour réduire significativement les volumes de cobalt au cours des trois à quatre prochaines années.

Nous souhaitons également couvrir les besoins en matières premières et en accumulateurs d’énergie en utilisant de plus en plus de batteries usagées, que ce soit en réutilisant des batteries d’occasion intactes pendant une «seconde vie», par exemple sur des bornes de recharge rapide flexibles lors de festivals, ou par recyclage direct des matières premières qu’elles recèlent. 

Dès 2020, Volkswagen lance une installation pilote de développement de notre procédé innovant de recyclage dans notre usine de Salzgitter et tout près de notre «Centre d’excellence des cellules de batteries». Nous avions déjà entamé le développement de ce processus il y a dix ans. Nous sommes donc bien préparés pour traiter les premières batteries usagées qui sont attendues à la fin de la décennie.

Représentation simplifiée du cycle de recyclage prévu pour les matériaux cathodiques.
Représentation simplifiée du cycle de recyclage prévu pour les matériaux cathodiques.

0 Extraction minière des matières premières
1 Fabrication de la batterie
2 Première vie
3 Démontage du système de batterie
4 Analyse des modules de batterie
5 Nouvelle utilisation des modules intacts (seconde vie)
6 Broyage
7 Séparation et conditionnement des composants
8 Réintégration des matériaux cathodiques que sont le nickel, le cobalt, le manganèse et le lithium au processus de fabrication

Cela peut également vous intéresser:

De la fabrication au recyclage: l’écobilan de l’ID.3

Faire le plein d’électricité en toute simplicité et où que vous soyez - avec We Charge

Batterie haute tension: Garantie et entretien

Cela peut également vous intéresser: